L’efficience de marché
L’efficience du marché décrit la mesure dans laquelle les infos dispos se reflètent rapidement dans le prix du marché. Un marché des capitaux efficient est un marché qui reflète toutes les nouvelles et informations disponibles.
Dans un marché efficient :
   – Les nouvelles informations sont rapidement absorbées, l’information et les prix des actions s’ajustent en conséquence
   – Des rendements supérieurs, ajustés en fonction des risques, ne sont pas réalisables
   – Un grand nombre d’investisseurs analysent et évaluent les titres dans un but lucratif
   – Les nouvelles informations arrivent sur le marché indépendamment des autres nouvelles et de manière aléatoire
Dans un marché très efficient, la gestion de portefeuille qui ne recherche pas de rendements supérieurs ajustés au risque est préférée à la gestion active, notamment en raison de la réduction des coûts. La valeur de marché est le prix auquel un actif peut actuellement être acheté ou vendu. La valeur intrinsèque est la valeur que les investisseurs lui accorderaient s’ils avaient une compréhension complète des caractéristiques d’investissement de l’actif. Si les investisseurs estiment qu’un marché est très efficient, ils accepteront généralement que le prix du marché soit égal à la valeur intrinsèque.
Les conditions essentielles à l’hypothèse d’efficience des marchés financiers est basée sur l’existence de :
– La rationalité des investisseurs : maximisation de leurs fonctions d’utilité espérées sans parcourir de risque supplémentaire.
– La libre circulation de l’information : permet d’agir sur le marché immédiatement dans des conditions identiques.
– La gratuité de l’information : pour que l’information circule librement, les agents doivent obtenir les informations sur le marché financier sans supporter de coûts en plus.
– Absence des coûts de transactions : l’investisseur peut agir librement sur le marché rendant les prix efficients.
– L’atomicité des investisseurs et la liquidité du marché : la présence d’un grand nombre d’acteurs sur le marché a pour conséquence de réduire les écarts de prix des actifs observés.
Les facteurs influent sur l’efficience de marché
1) Acteur du marché : un grand nombre d’investisseurs suit de près les principaux marchés financiers au quotidien et, s’il existe des erreurs de tarification sur ces marchés, ils agiront de manière que ces erreurs disparaissent rapidement
2) Disponibilité de l’information et divulgation financière : plus les acteurs disposent d’informations, plus les estimations de la valeur intrinsèque du marché sont précises, ce qui permet d’accroître l’efficience du marché
3) Limites à la négociation : les restrictions à la vente à découvert limitent les opérations d’arbitrage, ce qui entrave l’efficience du marché
Hypothèse de marché efficient de forme faible (Weak-form efficient market)
Tous les prix historiques des titres ont déjà été reflétés dans les prix du marché des titres. On ne devrait pas obtenir de rendements anormaux.
Hypothèse de marché semi fort (Semi-strong market)
Les prix reflètent toutes les informations connues et disponibles publiquement, y compris toutes les informations historiques sur les prix. Chaque détail est pris en compte dans le prix du marché de l’action.
Un marché efficient fort (Strong efficient market)
Les prix des titres reflètent pleinement les informations publiques et privées. Les chercheurs constatent que les marchés ne sont généralement pas efficients en forme forte.
Des rendements anormaux peuvent-ils être obtenus grâce à diverses stratégies et à une gestion active supposant différents types d’efficience du marché ?
Les anomalies du marché
Elles surviennent lorsqu’une variation du prix d’un actif ou d’un titre ne peut être directement liée à des informations pertinentes connues sur le marché ou à la publication de nouvelles informations.
Les anomalies peuvent résulter de l’exploration de données (data snooping)
Catégories d’anomalies de marché
1. Anomalies des séries chronologiques
a) Anomalies de calendrier : beaucoup de différences dans les déclarations selon les jours, mois, années
b) Réaction excessive : les cours des actions deviennent gonflés (déprimés) pour les entreprises qui publient de bonnes (mauvaises) nouvelles.
c) Momentum : les titres qui ont connu un rendement élevé à court terme ont tendance à continuer à générer des rendements élevés dans les périodes suivantes
2. Anomalies transversales
a) Effet de taille : les petites entreprises ont tendance à surpasser les grandes entreprises
b) Effet de valeur : les actions de valeur, qui sont des actions dont le ratio cours/bénéfices et le ratio marché/valeur comptable sont inférieurs à la moyenne et dont le rendement en dividendes est supérieur à la moyenne, surpassent les actions de croissance sur de longues périodes
3. Autres anomalies
a) Décote pour les fonds fermés : les fonds fermés se vendent parfois avec une décote par rapport à leur valeur nette d’inventaire
b) Gagner en surprise : les cours des actions ont tendance à sous-réagir aux nouvelles informations, ce qui permet à une stratégie de momentum d’être potentiellement rentable
c) Introduction en bourse (IPOs) : les investisseurs qui peuvent acheter une action à son prix d’offre initial obtiennent des rendements excédentaires
d) Information préalable : certains chercheurs ont constaté que les rendements des actions sont liés à des informations préalables comme les taux d’intérêt, les taux d’inflation, la volatilité des actions et le rendement des dividendes
La finance comportementale et sa pertinence potentielle pour comprendre les anomalies du marché
La finance comportementale suppose que :
 Les investisseurs souffrent d’erreurs et de préjugés émotionnels qui peuvent conduire à une prise de décision irrationnelle
 Les investisseurs peuvent réagir de manière excessive ou insuffisante aux nouvelles informations
Contrairement à la finance traditionnelle, qui suppose :
 Les investisseurs se comportent de manière rationnelle
 Les investisseurs traitent les nouvelles informations rapidement et correctement
1. Biais d’aversion aux pertes
Les gens ont tendance à détester les pertes plus qu’ils n’aiment les gains comparables
Cela explique les anomalies de marché de sous-réaction et de surréaction
2. Biais de confiance excessif
Les gens ont tendance à surestimer leur capacité à déterminer avec précision les valeurs intrinsèques, et peuvent donc ne pas traiter les informations de manière appropriée, ce qui conduit en fin de compte à des titres mal évalués
3. Cascades d’informations
4. Biais de troupeau
Les participants au marché ont tendance à commercer avec d’autres investisseurs, tout en ignorant potentiellement leurs propres informations ou analyses privées
Conclusion
Ainsi, après avoir exposé les différentes conditions nécessaires à l’efficience parfaite des marchés, nous pouvons dire qu’il est presque impossible d’obtenir une efficience parfaite. En effet, l’absence de coût de transaction et la liquidité de marché sont des facteurs très importants à prendre en compte dans cette analyse. De plus nous constatons un certain nombre de biais qui font que la finance comportementale peut interférer avec le niveau d’efficience des marchés. Pour rejoindre un précédent culture point écrit sur la gestion active-passive, nous voyons que si le marché tend à être efficient alors la gestion passive a
plus de chance d’être choisie.
Sources :
https://www.andlil.com/definition-defficience-du-marche-130544.html
https://www.captaineconomics.fr/-l-efficience-des-marches-financiers-la-theorie
https://www.cairn.info/revue-francaise-de-gestion-2005-4-page-169.htm

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici