World Report 23.07.2021

0
128

Perspectives économiques au Japon 

Les répercussions du choc sanitaire sur l’économie Japonaise ont été moindres comparées aux autres pays avancées. La croissance du PIB est passée de -4.7% en 2020 (suite au choc pandémique) à 2.2% en 2021, et l’on prévoit un rebondissement vers 2022 de l’ordre de 3.3% (voir Figure 1). Cela est essentiellement dû à une bonne gestion du coronavirus de la part du gouvernement Japonais, ce qui a également valu une surperformance des marchés. Cependant, selon les estimations, le pays pourrait prendre du retard par rapport aux Etats Unis et l’Europe en 2022. Une des principales raisons réside dans la lenteur de la vaccination. En effet, environ 20% de la population a reçu une première dose contre près de 50% dans l’Union européenne (source: BNP Paribas). Par ailleurs, une reprise de la croissance repose également sur une confiance des consommateurs qui se trouve aujourd’hui plus faible par rapport à son niveau d’avant-crise. D’autre part, le niveau d’inflation reste à un niveau très bas, soit autour de 0%, ce qui fait partie du climat économique actuel caractérisé par une stagnation économique et accentué par l’arrivée du choc pandémique. Dans le contexte actuel, la politique monétaire demeure accommodante afin de pouvoir réhausser les anticipations d’inflation et se rapprocher de la cible des 2% fixée par la Banque du Japon. Enfin, afin d’assurer une soutenabilité financière, le Japon pourrait, dans un futur proche, accepter une remontée des taux longs souverains.

Figure 1. Croissance et Inflation au Japon (source: BNP paribas études économiques)

Le 24 Janvier 2020, l’économie nippone a dû faire face au report d’un événement de taille: Les Jeux Olympiques de Tokyo. Ce report a été un coup supplémentaire portée à l’économie, initialement perturbée par la pandémie mondiale. Aujourd’hui, avec l’ouverture des Jeux Olympiques (JO) (23 Juillet – 8 août), la crainte d’un foyer de contamination est en hausse. « Il est inévitable que nous ayons des cas », a reconnu dimanche Christophe Dubi, directeur des Jeux au sein du Comité international olympique (CIO). Jusqu’à présent, plus de 60 entreprises japonaises ont dépensé un montant record de 3 milliards de dollars pour les JO de cette année – et beaucoup d’entre elles sont préoccupées par le retour sur investissement. Il y a beaucoup de protestations visant à annuler l’événement et des milliers de volontaires qui se sont retirés, ce qui laisse à réfléchir au rapport coût/bénéfice. Plus particulièrement, en raison de la crise sanitaire, le tourisme représente une très grande partie des revenus liés à cet événement, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui. En effet, le nombre de spectateurs est de 0. « Nous demandons aux gens de soutenir les athlètes de chez eux », a déclaré Katsunobu Kato, secrétaire général du Cabinet.

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here